Bureau des enquêtes indépendantes
Navigation Recherche
Bureau des enquêtes indépendates
« Les trois valeurs fondamentales qui nous guident sont l’impartialité, l’intégrité et la rigueur. »

Enquête indépendante concernant l'événement survenu à Montréal le 18 avril 2017: le BEI remet son rapport au Directeur des poursuites criminelles et pénales

  • Enquête BEI-2017-013
  • Le BEI a complété son enquête indépendante sur les circonstances entourant un événement survenu à Montréal le 18 avril 2017 au cours duquel un civil de 22 ans est décédé lors d'une intervention policière du Service de police de la Ville de Montréal.

    L’enquête démontre les faits suivants :

    Vers 00 h03 le 18 avril, un appel est placé au 9-1-1 rapportant qu’un camion cube blanc a commis un délit de fuite après avoir endommagé un véhicule stationné.

    Vers 00 h 06, des policiers du SPVM localisent le camion et activent leurs gyrophares et la sirène. Le camion continue son chemin sans signe de collaboration. Une vérification de la plaque d’immatriculation indique que le camion n’a pas le droit de circuler. Vers 00 h 13, le sergent responsable met fin à la poursuite.

    Peu de temps après, le camion est localisé à une lumière rouge par d’autres policiers du SPVM. Ils suivent le véhicule sans gyrophares et sans sirène. Le camion circule à une vitesse normale. Vers 00 h 17, le camion fait un virage à droite à une intersection. Les policiers voient la portière du côté passager s’ouvrir et une silhouette en tomber. En arrivant à l’intersection, ils aperçoivent un homme au sol alors que le camion continue sa route. Les policiers entreprennent des manœuvres de réanimation sur l’homme. Il est transporté à l’hôpital où son décès est constaté.

    D’autres policiers du SPVM localisent le camion et entreprennent une poursuite. Le camion s’immobilise à la jonction des autoroutes 25N et 640. Assistés par des policiers de Laval, les policiers du SPVM procèdent à l’arrestation du conducteur.  

    Conformément à la Loi sur la police, le BEI a transmis son rapport au Directeur des poursuites criminelles et pénales et au bureau du coroner le 6 juillet 2018.  C’est sur la base de ce rapport que le DPCP déterminera s’il y a lieu de porter des accusations contre les policiers impliqués.

    Rappelons que le rapport produit par le BEI n’est pas public puisqu’il contient des renseignements sensibles et nominatifs, des déclarations des personnes impliquées et des témoins de même que des éléments de preuve. Conséquemment, aucune autre information sur les faits ou sur l’enquête ne sera divulguée par le BEI.