Bureau des enquêtes indépendantes
   
Bureau des enquêtes indépendates
« Notre objectif est de faire la lumière sur les événements et de diffuser toute l’information que nous pouvons transmettre, sans nuire aux enquêtes. »
2017-11-17

Enquête indépendante concernant l'événement survenu à Candiac le 10 octobre 2016: le BEI remet son rapport d'enquête au Directeur des poursuites criminelles et pénales

Le BEI a complété son enquête indépendante sur les circonstances entourant la poursuite policière survenue à Candiac, au cours de laquelle le conducteur d’un véhicule, un homme âgé de 20 ans, a été gravement blessé et un deuxième, Jean-Nicolas Smith, aussi âgé de 20 ans, est décédé.

L’enquête menée par le BEI a démontré les faits suivants :

Vers 02 h 47, des patrouilleurs de la Sûreté du Québec remarquent un véhicule qui circule à grande vitesse devant eux, les phares éteints.  Les policiers augmentent leur vitesse à 180 km/h, sans être en mesure de s’approcher du véhicule. Ils activent alors leurs gyrophares afin de l’intercepter. Dès lors, le véhicule fuyard qui n’a jamais allumé ses phares malgré l’absence d’éclairage sur une portion de route, accélère davantage.  La poursuite policière est prise en charge à 2 h 48 et durera moins de 20 secondes.

Le fuyard emprunte la voie du centre de l’autoroute et circule alors à environ 210 km/h.  La voiture de patrouille qui se situe à quelque 400 mètres derrière n’est toujours pas en mesure de le rattraper. Le véhicule fuyard fonce directement dans l’atténuateur d’impact et le panneau chevron d’évitement sans jamais ralentir. L’impact est violent, le véhicule est projeté dans les airs et se retrouve au milieu de l’autoroute. Les 2 occupants du véhicule sont conduits à l’hôpital où le décès du passager sera constaté.

Conformément à la Loi sur la police, le BEI a transmis son rapport au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) le 17 novembre 2017.  C’est sur la base de ce rapport que le DPCP déterminera s’il y a lieu de porter des accusations contre les policiers impliqués.

Rappelons que le rapport produit par le BEI n’est pas public puisqu’il contient des renseignements sensibles et nominatifs, des déclarations des personnes impliquées et des témoins de même que des éléments de preuve.  Conséquemment, aucune autre information sur les faits ou sur l’enquête ne sera divulguée par le BEI.